NOTES DE LECTURE – EUCHARISTIE & MONDIALISATION – Par Denis Sureau

Une série d’articles permettant de mieux connaître l’œuvre de Cavanaugh – Par Denis Sureau

La mondialisation comme simulacre de la catholicité

9782940090693fsEucharistie et mondialisation. La liturgie comme acte politique (Ad Solem, 2001) : titre étrange pour l’essai bref mais dense du théologien américain William Cavanaugh. Ce livre est moins une analyse (brillante) du processus actuel de globalisation qu’une invitation originale à renouveler le discours chrétien sur la politique et à repenser l’engagement des catholiques dans la sphère publique. Parce qu’il considère que la mondialisation n’est que l’aboutissement logique de la politique moderne, il est conduit à consacrer l’essentiel de son analyse à la mise à nu des fondements de l’État-nation.

Cavanaugh constate : « au nom d’une pseudo-paix civile, la théologie a abandonné tout discours politique authentiquement chrétien. » Ce faisant, il se démarque radicalement des vaines tentatives des penseurs catholiques du XXe siècle visant à concilier la modernité politique avec les projets de « nouvelle chrétienté » (Maritain), « nouvelle théologie politique » (Metz), « nouvelle théologie publique » (Neuhaus) qui réduisent tous l’Eglise à n’être qu’« un membre parmi d’autres de la société civile ». Et les théologiens de la libération dissolvent eux aussi l’Eglise dans le monde. De fait, « aucun de ces modèles n’a fondamentalement remis en question la légitimité théologique du projet politique moderne. »

À l’origine du « mythe de l’État comme sauveur », on trouve les guerres de religion et l’idée que, face au désordre provoqué par le choc des convictions spirituelles, seule la puissance publique est capable de restaurer la paix. Ce thème sera développé ad nauseam par les théoriciens du libéralisme (Hobbes, Locke, Rousseau) et il a été abondamment repris par les journalistes au lendemain des attentats du 11 septembre 2001. Or en fait les guerres de religion furent attisées et manipulées par l’État pour détruire les vestiges de l’ordre ecclésial du Moyen âge, conforter sa puissance et ainsi neutraliser l’Eglise. Corrélativement, le christianisme fut réduit à n’être qu’une « religion » (le concept n’apparaît qu’à cette époque : avant la religio était une vertu) renvoyée progressivement dans la région des croyances personnelles et privées.

L’État-nation moderne est né. Il ne cessera d’enfler, et Cavanaugh affirme à contre-courant des thèses souverainistes que la globalisation est son terme logique : « Loin de signifier la fin de l’Etat-nation, la mondialisation représente en réalité l’hyperextension d’un phénomène qui, après avoir subsumé les espaces communautaires locaux sous l’autorité de l’État territorial souverain, recouvre, puis fait disparaître, le particulier concret dans l’universel abstrait. […] La mondialisation, c’est la décréation du monde, une fausse catholicité qui voudrait intégrer à peu de frais la réfraction complexe du local et de l’universel telle qu’elle est mise en œuvre dans la conception chrétienne d’un espace véritablement catholique. » Face à la représentation actuelle de l’espace et du temps sous-jacente à la globalisation, Cavanaugh oppose la représentation chrétienne qui se manifeste dans l’Eucharistie : « Relativement à l’espace, la célébration eucharistique « fait l’Eglise », Corps du Christ, qui, parce qu’il est essentiellement liturgique, est un corps public. Ce corps n’est pas un corps « spirituel » ou symbolique. Il ne saurait être configuré à l’âme du croyant individuel. Dans l’Eucharistie, les hommes sont rassemblés en une communauté où l’équation de l’individu et du groupe se résout en une participation mutuelle des hommes au Corps du Christ. En outre, les communautés eucharistiques à travers le monde forment une unique catholica qui, bien qu’universelle se manifeste toujours localement. »

Cavanaugh propose une « contre-politique eucharistique » : la célébration de l’Eucharistie, sacrement de l’unité et de la paix, est le « creuset d’une « éthique politique authentiquement chrétienne. On voit donc que l’urgence, aujourd’hui, n’est pas de se ménager un moyen pour influencer le pouvoir laïc par le biais de la société mais plutôt de restaurer une pratique liturgique capable de redonner aux chrétiens la conscience de la dimension politique de la foi, et par là de produire des hommes de pouvoir dont le langage sera un langage de paix et de vérité. »

Nous n’avons qu’esquissé l’articulation de ce livre d’une rare densité et d’une extrême richesse. La pensée de William Cavanaugh rejoint en partie, dans sa contestation de la cité séculière, celle des penseurs du mouvement intellectuel anglo-saxon « radical orthodoxe », notamment John Milbank et Catherine Pickstock. Il a d’ailleurs participé au livre-programme de ce courant, Radical Orthodoxy : A New Theology, par un chapitre intitulé The City : Beyond Secular Parodies où il prône un « anarchisme eucharistique ».

Concrètement, une action politique authentiquement catholique ne se limite évidemment pas à la célébration eucharistique. Telle n’est pas la pensée de Cavanaugh, qui s’est exprimé ailleurs sur des solutions alternatives politiques et sociales très concrètes telles que les entreprises vivant l’économie de communion des Focolari. Cette perspective est aussi celle du puissant mouvement italien Communion et libération : très hostiles à l’État tentaculaire, réclamant « plus de société, moins d’État », les catholiques italiens ont créé des centaines de coopératives pour répondre aux besoins de leurs concitoyens tout en mettant en œuvre la doctrine sociale de l’Eglise. Pour Cavanaugh, les chrétiens doivent cesser de s’en remettre complètement à l’État et agir eux-mêmes et ensemble en organisant des activités concrètes : par exemple, en ouvrant des foyers pour femmes enceintes, par-delà le combat contre les lois permettant l’avortement. L’Eglise se manifestera de la sorte comme un corps social alternatif.

Cavanaugh est l’anti-Maritain. Il conteste sa distinction spirituel/temporel. Pour Maritain, l’Eglise est seulement l’âme du monde, les chrétiens ne forment un corps qu’au plan spirituel et n’agissent dans le temporel qu’individuellement, « en chrétiens » et non « en tant que chrétiens ». Pour Cavanaugh, l’Eglise est un Corps — le Corps du Christ — qui n’est pas que spirituel, un corps de résistance qui manifeste « la présence bouleversante du Christ-Roi dans la politique du monde ».

Denis SUREAU

(Article paru dans la revue Kephas, n°3, juillet-sept.2002)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s